Les Frosties

Le forum de la communauté frostie dispersée dans le monde
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nuit noire pour nectar vert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Athanadoc
Une bouffarde nommée Désir
avatar

Nombre de messages : 1571
Localisation : Dans son bistrot
Date d'inscription : 25/02/2005

MessageSujet: Nuit noire pour nectar vert   Mer 9 Aoû à 14:45

CHAPITRE PREMIER : Négociations syndicales et amnésie malheureuse



J'étais d'humeur massacrante ce matin. Le temps n'y était pour rien : un joli soleil printanier, plein de bonne volonté, me rendait une petite visite de courtoisie à travers les plis des rideaux de ma chambre. Dehors, les cris des mouettes semblaient lui donner un coup de main dans sa tentative de me sortir du lit.

Non, si ça n'allait pas, c'était pour une raison très simple : une gueule de bois en plomb comme on n'en fait plus, avec l'amnésie et tout. Un grand vide… Hier, j'aurais pu me ridiculiser en faisant une pale imitation de notre Très-Sainte sous acide, que je ne m'en souviendrais pas. Black-out complet de la soirée passée, dans le genre grève du cerveau, avec négociations en ma défaveur.

J'enlevais la petite couverture du dessus de mon lit, et posa le pied au sol. Mes leaders syndicaux cérébraux semblaient durcir leur manifestation contre leurs conditions de travail, en lançant quelques projectiles sur mes tempes. Je décidais de leur faire une faveur en leur offrant leur premier salaire nicotinique, attrapant pour cela ma fameuse pipe qui traînait sur le coin de ma table de chevet.

Une fois les hostilités intracrâniennes désamorcées, je m'élançais en robe de chambre dans mes escaliers, bien décidé à m'offrir un petit jus (faut jamais se refuser de petits plaisirs simples : y'a pas de mal à se faire du bien…)
J'arrivais donc devant mon percolateur, le remplissais de café moulu avant de le placer dans la machine.
Profitant des quelques secondes où l'eau chaude fait son œuvre, je fouillais dans un tiroir pour dégotter un tube de comprimés effervescents : après les négociations pacifiques, je décidais d'envoyer les CRS.

Une fois toutes ses opérations petit-déjeunesques terminées, je m'asseyais tranquillement sur mon tabouret fétiche (avec mes traces de derrière sur le cuir) pour contempler la salle. Elle était désespérément propre et bien rangée, ce qui me fit douter sur la nature de ma cuite. Pas d'e bibine sur le bar, les chaises bien rangées sur les tables, aucun relent douteux : elle n'avait donc pas eu lieu ici…

Un détail attira mon attention : la porte du bar semblait entrouverte. Cela m'étonna : je prends toujours mes précautions, d'habitude. Je m'approchais, et observa la serrure attentivement. La clé était tombée à l'intérieur, et on pouvait voir quelques petites éraflures au niveau de la serrure extérieure, comme si elle avait été crochetée…

Crochetée ? Mais dans quel but ? Que pouvait-on vouloir me cambrioler ? Je ne possède rien de valeur, à part…

Un frisson me parcourut l'échine et me glaça le sang. Dans le mur, en face du zinc, ma chère bouteille mythique de génépi triple fermentation 5 ans d'age venait de se faire la malle, à l'anglaise.




HRP : si cela vous plait, n'hésitez pas à me donner quelques idées pour faire jouer votre perso. je prends aussi les encouragements Smile

_________________
Athanadoc, T.P.P.S


Dernière édition par le Sam 12 Aoû à 0:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athanadoc
Une bouffarde nommée Désir
avatar

Nombre de messages : 1571
Localisation : Dans son bistrot
Date d'inscription : 25/02/2005

MessageSujet: Re: Nuit noire pour nectar vert   Ven 11 Aoû à 16:58

CHAPITRE DEUX : Réflexions matinales (enfin pas tant que ça)






Sonné par une découverte matinale (quoiqu'il ne devait pas être loin des 13 h) si tragique, je m'effondrai sur une chaise. La personne qui avait fait le coup devait être sacrément gonflée, pour s'introduire chez moi en crochetant ma serrure. Elle était peut-être même responsable de mon amnésie rétrograde, visiblement due à une surcharge d'éthanol bien sentie, vu mon ambiance buccale actuelle.
J'en déduis que cela devait être quelqu'un que je connaissais bien. Le coup classique : on vient au New Caf', on arrose fort le patron (vraiment très fort), histoire de lui faire découvrir l'univers merveilleux de Bacchus, puis de Jacob Delafon, on rentre chez soi sans faire d'histoire, puis, sachant que le toubib est hors d'état de nuire, on pénètre, on réceptionne et on s'en va…

Cette réflexion me semblait être la bonne. Je n'en voyais d'ailleurs pas d'autres possibles. J'aurais pu profiter de mon élan imaginatif pour me lancer dans la recherche de mobile, mais mon ciboulot était encore trop meurtri pour partir dans d'autres élucubrations mentales. Je décidais donc de lui faire une petite faveur en m'offrant la 2e bouffarde de la journée. Alors que je prenais mon cure-pipe dans la poche de ma robe de chambre, histoire d'octroyer à la fidèle une petite séance de beauté bien justifiée, je me rendis compte de l'état pitoyable de la pointe de ce dernier. Elle était tordue comme l'esprit du plus vil népharite. On avait du s'assoire dessus ou le manipuler sans soin. Décidément, il y a des jours où rien ne va…

Je tentais de déguster ma petite dose de tabac gris tranquillement, mais cette affaire m'obsédait. Mes comprimés commençaient à faire effet, et mon cerveau devenait petit à petit plus docile. J'en profitai pour le malmener un peu, et repartai dans d'autres réflexions.

Qui avait pu faire le coup ?

Quelqu'un de la com', sans aucun doute. J'éliminais les zombis, et les nouveaux. Il restait donc Léa, Socrate, Undead (peu probables, vu leur somnolence actuelle), Erik, Meltorn, Sponge et Anthigel. Black était déjà parti lorsque le flacon avait disparu… Et ce n'était pas le genre à revenir pour me faire une crasse pareille, malgré les petits différents sans importance que nous avions eu dernièrement.

Je décidais donc de chercher parmi ces quatre-là.

Alors que je jouais avec mon briquet (j'y peux rien, cela me détend…), une bribe de la soirée d'hier me fit l'honneur de rentrer au bercail. L'image d'Erik qui siégeait sur un de ces tabourets en début de soirée.

Il fallait bien commençait par quelqu'un : je montai rapidement dans ma chambre, m'habillai dans l'obscurité des rideaux, passai mes godillots en vitesse et m'élançai dans la Grand-rue, le chapeau sur la caboche.

Direction le Port : en cette heure de déjeuner, j'allais inviter le viking à se mettre à table…

_________________
Athanadoc, T.P.P.S
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athanadoc
Une bouffarde nommée Désir
avatar

Nombre de messages : 1571
Localisation : Dans son bistrot
Date d'inscription : 25/02/2005

MessageSujet: Re: Nuit noire pour nectar vert   Mer 23 Aoû à 17:13

CHAPITRE TROIS : C'est pas l'Homme qui prend la mer…






Arakeen était vraiment calme en ce moment : peut-être faute à la Lune Longue, phénomène temporel assez étrange qui se produit à intervalle régulier, sûrement issu de l'imagination fertile de scientifiques dégarnis responsables du Crash.

Alors que j'avançais d'un pas rapide vers la jetée, le vent du large essayait de me subtiliser mon feutre, profitant du divertissement que m'apportaient les claquements de mon pardessus. Je pestais en le rattrapant de justesse. J'avais la désagréable impression que tout le monde se payait ma fiole : cette foutue brise marine, les mouettes et leur rire grinçant, ce sentier casse-nénette à l'équilibre précaire.

Enfin, j'arrivais encore entier en vue de la jetée ; sur le ponton (plutôt l'amas de planche qui essaie de faire illusion), une espèce de masse rouge orangée recroquevillée sur elle-même taquinait l'esturgeon des mers du Sud avec une chance plus ou moins heureuse. Je m'approchais en silence, pour ne pas alerter le sixième sens plein de sagesse de ses poiscailles vicieux. Mais, ma discrétion ayant ses limites, et trahi par le grincement d'une planche vermoulue à l'ancienne, l'homme roux se retourna vers moi.

"Tiens, Salut Toubib !"

Il avait l'air plutôt tranquille le viking ce matin, là, posé au bord de l'eau qu'il aime tant, ne pouvant visiblement pas quitter aussi facilement sa maîtresse de toujours. C'était un homme entre deux âges, à la chevelure rousse étonnamment bien peignée aujourd'hui. Une barbe orangée dissimulait tant bien que mal un visage buriné par le sel et les flots. Il était encore pas mal athlétique pour son âge, genre catcheur de pacotille pour demoiselle en manque d'émoi. Une petite brioche tentait de se faire discrète derrière une liquette anormalement propre pour cette heure de la journée. Cet homme-là était profondément sympathique, je vous le dis ! Mais, n'étant pas là pour faire son éloge, je m'approchai pour tirer les vers du nez au pécheur.

"Salut Erik !"


Il me dévisagea d'un œil aiguisé comme une lame en manque de tournedos.

"Sale gueule ce matin, par Odin… T'as encore fait des folies la nuit dernière…
- Ben justement, en parlant de ça, j'ai un trou de mémoire comac' sur la soirée d'hier, Erik. Je me souviens de toi en fin d'après-midi, puis après, vide complet. Alors, si tu pouvais un peu me rafraîchir…
- Attends, j'ai du quitter le bistrot peu après la nuit. Tu disais avoir quelque chose à faire. J'en ai profité pour aller faire un tour chez Meltorn. Tu sais, quoi… Lui parler de ma jeunesse, jouer aux dés… Mais t'étais encore bien conscient quand je suis parti, corne de bouc !
- Ah ?"


Cela me revenait timidement. Il est vrai que je le voyais sortir, les pommettes écarlates, mais les mains vides. Si ce qu'il me disait était vrai, il serait étranger à ma biture monumentale. En plus, il n'aurait pas pris le risque de revenir me sachant clair, et quand bien même, je doute que ses grandes mains rugueuses aient le tact nécessaire pour crocheter une porte standart autrement qu'au pied de biche.

Je faisais sûrement fausse route. Je décidais quand même, par acquis de conscience, de rendre une petite visite à la douce Meltorn, histoire de confirmer le discours du vieux brigand. Je lui demandais donc des tuyaux sur sa promise :

"Melt ? Bah, elle doit être chez elle. C'est une de ses journées créatives, qu'elle passe devant les fourneaux à la recherche de nouvelles recettes de derrière les fagots. Elle m'a presque vidé de chez elle ce matin : elle était tout excitée à l'idée de tester des ingrédients inédits… Me délaisser pour une marmite : les femmes sont parfois cruelles…"

Mon œil gauche s'éleva avec suspicion et angoisse.
Journées Créatives ??? Ingrédients inédits ???
Je tirais fort sur la bouffarde, et décarrais en vitesse.
Espérons que la jeune femme n'ait pas pris idée de donner à ses mets délicats un doux parfum d'alpage !!!

_________________
Athanadoc, T.P.P.S
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nuit noire pour nectar vert   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nuit noire pour nectar vert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nuit noire (PS3) cherche deux joueurs pour demain !!
» [ASTUCE] Assaut Nuit Noire -Les fosses de l'invocation - Lune
» [PS4] Recherche de joueurs pour l'assaut "Nuit Noire"
» [Xbox One] Recherche de joueurs pour l'assaut "Nuit Noire"
» [Xbox 360] Recherche de joueurs pour l'assaut "Nuit Noire"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Frosties :: La V4 : pour les nostalgiques :: Annexes :: Role-Playing-
Sauter vers: